Le Blog

sardaigne2

Voyage en Sardaigne : San Teodoro !

Et voici ma dernière série de photos sur mon séjour en Sardaigne ! Définitivement un voyage que j’aimerai beaucoup refaire… Je ne dirai pas non à un peu de farniente à la plage là. En attendant, je vous souhaite à tous un très bel été, j’espère que pour certains il rime avec vacances !

READ MORE

4
0
london

Londres à travers les yeux d’une londonienne

Si je devais choisir une ville européenne à visiter, là, tout de suite, maintenant, ce serait Londres. Déjà parce que j’ai une petite histoire d’amour avec elle. C’est la première grande ville que j’ai visité dans ma vie, lorsque j’avais 14 ans, pendant un voyage scolaire. La magie a opéré instantanément sur moi, et c’est avec un grand plaisir que j’y suis ensuite retournée plusieurs fois, à raison d’une fois par an ou presque. C’était d’abord pour le shopping, essentiellement (j’étais jeune, que voulez-vous !). Et plus tard, ce fut pour sa culture, ses gens, ses musées, son histoire. C’est difficile de ne pas s’y sentir bien, tellement ses habitants sont accueillants, chaleureux. Et puis à seulement quelques heures de la France, je trouve Londres vraiment dépaysante, en tout cas par rapport à ma région du Sud-Ouest ! Je projète donc d’y retourner sous peu, et pour ça, je m’amuse à collecter des endroits, des astuces pour faire de ce voyage un moment génial. Et pour ça, j’ai pas trouvé mieux que le blog de Carrie de WishWishWish. Outre ses photos qui sont magnifiques, cette londonienne partage avec nous des coins de Londres à voir absolument, entre les indispensables que tout le monde connaît déjà, ou presque, et les adresses insolites, d’habitude réservées aux connaisseurs. C’est parti pour le voyage, vous me suivez ?
Déjà, soyons pragmatiques et parlons transport ! Londres étant relativement proche de la France, plusieurs solutions s’offrent à vous si vous souhaitez vous y rendre. Comme option, vous avez notamment l’autocar, qui me paraît être une bonne alternative à l’avion, pour celles et ceux qui habitent non loin de Lille ou Paris. J’ai tendance à me méfier de l’Eurostar et ses prix souvent prohibitifs, surtout si on doit rajouter à cela le transport jusqu’à Paris, pour nous pauvres provinciaux. Personnellement, je privilégie l’avion au départ de Bordeaux. Parfois certaines offres sont très avantageuses, il faut checker régulièrement ! La dernière fois, j’ai payé 30E mon aller, et mon retour 1E… That’s a bingo !
Comment ne pas passer à Londres, sans tester un salon de thé ? Ce serait un sacrilège, clairement ! Celui ci me fait vraiment de l’oeil, je note bien l’adresse dans mon petit carnet spécial voyages.
Et oui, à chaque fois je ne peux m’empêcher d’y passer. Et puis St James’ Park à côté est tellement adorable (avec ses petits écureuils), que ça me donne une raison de plus pour faire ce petit détour par Buckingham Palace !
Clairement, il s’agit là d’une des premières raisons qui me pousserait actuellement à acheter mon aller retour pour Londres. Je n’ai encore jamais visité les studios Harry Potter, et en voyant les magnifiques photos d’Eleonore Bridge, mon coeur n’a fait qu’un tour. Pour plus d’infos, je vous conseille son excellent article sur le sujet.
Typiquement, une des fameuses adresses insolites partagée par Carrie. C’est vraiment le genre d’idée de visite que je garde précieusement en tête !

Si Carrie dit qu’il s’agit d’un des meilleurs Burger qu’elle ait goûté, je la crois sur parole ! Terriblement envie de tester, miam !

Et enfin, je ne peux que conseiller de parcourir quelques marchés typiquement londoniens. Je ne suis jamais allée à celui-ci, le Broadway Market, mais ce n’est pas l’envie qui manque ! Juste histoire de ramener un petit bouquet de tulipe dans la chambre d’hôtel, des jolies pâtisseries et autres breloques vintage… Belle ambiance !

15
1
sardaigne

Mon voyage en Sardaigne

Il y a un mois, j’ai eu la chance de prendre une semaine de vacances en Sardaigne. Cette année fut assez chargée pour moi, entre mon année de cours en Master, mais aussi avec mon travail en free lance à côté (et mes déboires avec l’URSSAF, mais ça on parlera pas !). Du coup j’avais vraiment besoin de décompresser, de ne plus penser à rien, ou presque. J’ai donc choisi comme destination la Sardaigne, et je suis partie avec ma maman, entre filles donc. Nous étions dans un petit hôtel vraiment charmant, à l’Est de la Sardaigne. L’hôtel était complètement perdu, à l’écart de tout : idéal pour nous. J’ai volontairement choisi de ne pas demander l’accès wifi (pourtant gratuit), et mon dieu que ça fait du bien. J’ai simplement emmené avec moi un bon thriller suédois (l’indispensable du bord de plage !) : L’hypnotiseur de Lars Kepler (super bouquin). C’était typiquement le genre de vacances dont j’avais envie, c’est à dire du vrai repos avec un petit peu de visites, mais surtout de la farniente. Rien à voir avec ma semaine en Floride par exemple, qui était géniale aussi, mais beaucoup plus… Sportive dirons nous ! En tout cas, si vous cherchez une destination pas trop loin de la France, assez bon marchée, et très belle, je ne peux que la conseiller :-) Je vous laisse avec quelques photos prises autour de l’hôtel. Nous avions tenté de rejoindre le village de Baronia à pied depuis l’hôtel. Ce fut la seule fausse bonne idée du séjour, mes pieds ne s’en sont toujours pas remis !
sardaigne-budoni14 sardaigne-budoni sardaigne-budoni131 sardaigne-budoni12 sardaigne-budoni11 sardaigne-budoni10 sardaigne-budoni6 sardaigne-budoni7 sardaigne-budoni8 sardaigne-budoni9 sardaigne-budoni4 sardaigne-budoni3 sardaigne-budoni2 sardaigne-budoni1
7
1
reseaux-sociaux-blogger

Comment installer des boutons de réseaux sociaux sur son blog ?

Régulièrement, on me demande comment installer des boutons de réseaux sociaux sur son blog. Et c’est une très bonne question ! En effet, je trouve qu’il est important d’ajouter des boutons de réseaux sociaux sur son blog. Cela permet à vos lecteurs de naviguer facilement d’un réseau à un autre, et éventuellement de s’y abonner. Aussi, je vais vous donner une technique ultra simple, à la portée de tout le monde ! Et en cadeau, je vous offre des boutons de réseaux sociaux, crées par mes soins :-)

Alors, concrètement, on fait comment ? Réponse dans la suite de l’article !
boutons-re-CC-81seaux-sociaux
Tout d’abord, vous devez créer des images qui vont renvoyer vers vos réseaux sociaux. C’est ce que l’on appel généralement, des « boutons ». Personnellement, je crée mes boutons sous Photoshop, tout simplement. Si vous souhaitez un article détaillé pour savoir comment je procède, dîtes le moi. Sinon, je vous invite à télécharger les boutons ci-dessous (clique droit  > enregistrer sous). Et oui, c’est mon cadeau du jour ! Vous avez le choix entre deux séries que voici :
instagram-bouton google-252B-bouton facebook-bouton twitter-bouton
bouton-google- bouton-instagram bouton-facebook bouton-twitter
e-CC-81crire-nouvel-article-blogger
Ensuite, vous devez faire comme si vous vouliez écrire un nouvel article pour votre blog. En effet, on va se servir de Blogger pour générer le code qui nous servira à installer les boutons sur votre blog !
charger-boutons-article
Habituellement, lorsque vous écrivez un article pour votre blog, vous y ajoutez des images. De la même manière, insérez vos boutons un par un dans l’article. Disposez-les de la façon qui vous plaît le plus !
4
Vous devez alors associer chacun de vos boutons avec son lien correspondant. Exemple avec le bouton « Facebook » : vous cliquez sur l’image et ensuite sur « Associer« . Là, vous entrez le lien exacte de votre réseau social. Et ainsi de suite pour chacun des réseaux !
5
Lorsque toutes vos images seront associées à leurs liens respectifs, votre code sera prêt. Pour le récupérer, rien de plus simple ! Toujours sur la page de rédaction de l’article, cliquez sur « HTML » juste après « Rédiger ». Vous devez alors simplement copier le code qui apparaît, en entier. Ensuite, fermer l’article, sans le publier. Sous Blogger, aller dans Mise en Page, puis ajoutez un gadget HTML. À l’intérieur du gadget, collez le code que vous aviez au préalable copié. Enregistrez, et voilà !
6
C’est terminé ! Vous pouvez maintenant effacer l’article, ou le laisser en brouillon :-)
Des questions ? Ça se passe dans les commentaires !
77
4
immigrationquebec

La réalité de l’immigration au Québec

Il y a quelques temps, je publiais mon premier article sur la réalité de l’immigration au Québec. Le sujet étant plutôt vaste, je vous propose la deuxième et dernière partie de mes impressions.

Le Canada, sa province québécoise et Montréal en particulier, sont définitivement des destinations privilégiées pour les français. Grâce au bouche-à-oreille et aux bonnes expériences partagées par certains, le Québec a actuellement une très bonne image. Et avec des permis de travail comme le PVT, l’immigration peut s’avérer relativement simplifiée.

Toutefois, je pense qu’il est également intéressant de partager avec vous l’envers du décor. Le Québec est-il vraiment un eldorado ? Quelle différence entre France et Québec ? Voici mon expérience !

1. La vie au Québec, moins chère qu’en France ?

Définitivement, la vie n’est pas moins chère au Québec qu’en France. Il ne faut pas partir dans l’idée que vous ferez des économies en vous y installant. Vous ne trouverez rien de vraiment bon marché au Québec. À part les loyers, qui sont relativement abordables, si on ne cherche pas à vivre sur le Plateau à tout prix. J’ai trouvé l’alimentaire cher, avec beaucoup de produits importés. Et pourtant, je ne m’obstinais pas à manger des produits français, je le précise ! Au contraire. Pour faire des économies sur les courses alimentaires à Montréal, je conseille avant tout de les faire à plusieurs endroits différents. Vous voulez du riz ? Direction l’épicerie chinoise. De la semoule ? Épicerie arabe. Et ainsi de suite. Pour les grosses courses, j’ai personnellement trouvé Maxi moins cher que les autres supermarchés. L’alcool aussi est cher, et je ne parle pas uniquement du vin…

Si l’électronique est globalement moins chère au Québec qu’en France (c’est pour cette raison que j’ai acheté mon Ipad d’amour à Montréal !), les forfaits pour se servir des appareils font carrément peur. Je l’expliquais déjà dans cet article. Le forfait internet illimité n’existe pas chez les principaux opérateurs, et les tarifs sont prohibitifs. Un dernier exemple pour la route : les transports en commun. J’ai personnellement trouvé les prix élevés, en même temps je vis à Bordeaux où les transports sont abordables. À Montréal, je payais 77$ par mois, à Bordeaux je paye environ 200€ l’année soit moins de 20€ par mois… Et encore, la STM (société de transport montréalaise) se paye le luxe d’augmenter encore ses prix pour 2014 ! Bientôt Montréal sera aussi chère que Toronto, vous verrez.

Finalement, toutes les marques et produits européens importés sont plus chers. En même temps c’est logique ! Je crois que je suis rentrée une seule fois dans un Zara au Canada, ensuite j’ai laissé tombé. Je n’étais psychologiquement pas prête à mettre aussi cher dans un jean Zara que dans un Levis. Même chose chez H&M, Ikea etc :-)


2. Point météo : l’Hiver au Québec

Comment se passe un hiver au Québec concrètement ? Personnellement, c’était ma grande question avant de partir ! J’étais un peu perdue, puisque j’ai toujours plus ou moins vécue dans le sud-ouest de la France. Comment s’habiller pour l’hiver québécois ? Dans quelles chaussures investir ? J’avais déjà répondu à cette question dans cet article, avec l’équipement idéal pour un hiver en ville à Montréal. L’année dernière, j’ai connu un hiver de mi-novembre à mi-avril. Avec des périodes plus ou moins froides, des tempêtes de neige, de belles journées ensoleillées mais glaciales… C’est surtout en janvier, février et début mars que les températures sont les plus froides, avec des journées à -15°C ou -20°C. Une semaine ou deux à -30°C, aussi… Sincèrement les chiffres font plus peur qu’autre chose. Le temps étant relativement sec, avec un bon équipement, on peut affronter l’hiver sereinement. Le plus compliqué selon moi, c’est la durée de l’hiver. On a l’impression qu’il est terminé, et pourtant non, on se paye une tempête de neige un 10 avril… (véridique). Enfin, je pense qu’en tant qu’étranger, le premier hiver passé à Montréal a quelque chose de féérique. Cependant, j’imagine qu’à partir du deuxième hiver, le ressenti doit être complètement différent. Avec peut-être une certaine lassitude. Parce que personnellement, ne plus voir le soleil après 17h pendant presque 5 mois dans l’année, j’ai eu beaucoup de mal à m’y faire.

3. Culture québécoise : la vie quotidienne

On est d’accord, je suis ni sociologue, ni ethnologue, je parle simplement de mon ressenti personnel. J’ai trouvé la vie quotidienne québécoise très différente de la France. Au Québec, j’ai le sentiment que le collectif prime sur l’individualisme. Cette idée se retrouve même dans certaines expressions. Par exemple, même en vivant seul, un québécois dira « viens chez nous » au lieu de « viens chez moi ». Les gens sont spontanément tournés vers les autres. Toujours prêts à vous aider, à entrer en conversation avec vous… Les québécois sont une minorité, des francophones perdus au milieu d’une immensité anglophone. Pour moi, leur culture vient en partie de ce fait assez unique. Et même si on partage la même langue qu’eux, on ne partage pas la même culture ! On assimile trop souvent leur mode de pensée ou de vie à celles des autres. Alors que leur culture est tout à fait singulière. J’ai également ressenti plus de respect entre les gens au Québec qu’en France. Avec une densité de population moins importante, les québécois s’énervent peut être moins les uns les autres… Ce qui engendre aussi une certaine discipline : quel français n’a pas été surpris de voir les montréalais faire la queue en attendant le bus ? Si vous savez comme cette habitude me manque en France !

Aussi, je recommande vivement aux nouveaux arrivants de se renseigner un minimum sur la vie quotidienne au Québec avant d’immigrer. Sans chercher à trouver une réponse à toutes les questions, ça ne pourra que faciliter l’intégration ! 


4. Le système de santé québécois

Je pense qu’on ne mesure absolument pas la chance que nous avons en France, en matière de santé. Entre le remboursement des médicaments, des frais médicaux, la facilité d’accès au soin… Alors certes, il y a toujours matière à amélioration, mais sincèrement on a pas trop de quoi se plaindre. Au Québec, l’accès au soin est bien évidemment possible, mais… Compliqué. Avoir un médecin de famille, où consulter un médecin généraliste dans un cabinet médical, c’est mission impossible. La pénurie est telle, qu’il vaut mieux aller directement aux urgences si on tombe malade (pour une grippe par exemple, vous saisissez le problème ?). Si vous avez de gros soucis dentaires, à la limite, je vous conseille de checker le prix d’un aller-retour en France… Bon j’exagère, mais il faut avouer que les tarifs font peur ! Enfin, avant un départ au Québec, assurez-vous de bien disposer d’une assurance en cas de problème médical. Si vous êtes Pvtistes, je vous conseille de vous faire prescrire des médicaments pour un an, si votre médecin l’accepte :-)


5. La distance avec la France 

Avant de partir, on ne sait pas encore comment on va gérer la distance avec ses proches. Pas besoin que je vous fasse un dessin, mais il est évident que Skype ne remplace pas le contact réel. Je ne suis pas rentrée en France pendant un an, parce que j’ai avant tout choisi de privilégier mes voyages sur place. J’imagine la difficulté des immigrés et expatriés installés durablement au Québec, à sans cesse devoir choisir entre retrouver sa famille (et se taper 7 heures de vol, 6 heures de décalage horaire…), et visiter l’immensité du Canada et des États-Unis tout proches. Surtout avec les 2 semaines de congés payés par an ! Et comme partir, c’est aussi difficile que rentrer, je vous conseille de lire l’article d’Alice. Elle habite Québec depuis quelques années, et parle des difficultés de rentrer en France :-)

Il y a donc une distance physique et psychologique (on ne vit pas les mêmes choses, au même moment). Et je n’ai pas encore parlé du fuseau horaire. Je crois que c’est ça, le plus compliqué. Pourtant, il n’y a « que » 6 heures de décalage, mais je trouve que ça fait toute la différence. Plus que les kilomètres, c’est ça qui creuse réellement la distance. Et en toute sincérité, je ne l’envisageais presque pas avant de m’installer à Montréal !

Crédit Photographie

 

10
5